Suivre IRW CGSP

IRW CGSP AMIO : Une violente attaque contre la Fonction publique !

Communiqué de presse   •   oct 06, 2020 11:58 CEST

L’Interrégionale wallonne AMiO de la CGSP est outrée et désabusée face à la déclaration de politique fédérale concernant la partie Fonction publique.

Si la CGSP est satisfaite de voir le gouvernement enfin intervenir dans les nouvelles technologies, elle ne peut admettre que ce passage se fasse au détriment de l’emploi. La Fonction publique est déjà exsangue et raboter encore les cadres c’est saborder la colonne vertébrale de l’Etat.

Fin des recrutements statutaires, fin du Selor par une externalisation des recrutements, individualisation des carrières, mobilité accrue, rationalisation de service, expertise accrue des fonctionnaires sans penser à l’ensemble du personnel de la fonction publique, … accentuation du rôle des mandataires, du reporting déshumanisé, … en résumé la fin du statut Camu créé pour faire un état fort avec des fonctionnaires forts au profit de la quantophrénie et du retour à la politisation de la Fonction publique au profit de publics cibles.

Le chapitre « Fonction publique » rompt avec notre système actuel, c’est un virage politique majeur contre le système d’une Fonction publique qui protège, accompagne et vit avec tous les citoyens de manière égalitaire.

L’implémentation forcée à deux jours semaines du télétravail d’une part pour éviter les déplacements et d’autre part pour que l’Etat fasse des économies de bureaux (à ce sujet la privatisation de la Régie des bâtiments montre le fil conducteur de cette déclaration gouvernementale, tout au privé, tout à droite).

Pour nous, le télétravail forcé est :

  • -Une intrusion de la vie professionnelle dans la vie privée.
  • -Un report de charges de l’employeur vers le travailleur.
  • -Un dédain pour la santé du travailleur (burn-out, team-out, …).
  • -Une fin programmée du transfert des savoirs au sein de la Fonction publique.
  • -Une volonté de casser la solidarité des travailleurs.

Cette partie sur le télétravail montre également une vision anti-fonction publique, une vision dépassée, le privé préférant utiliser le télétravail de manière occasionnelle et non structurelle.

Le chapitre fiscalité, mis à côté du chapitre Fonction publique, fera que la levée du secret bancaire permettra à nos administrations fiscales d’avoir des Ferrari pour poursuivre les fraudeurs, mais moins de pilotes pour les conduire et ce pour autant que l’intérêt du mandataire soit de poursuivre tel type de fraudeurs ou d’autres types de fraudes …

Le chapitre Justice est brillant sur papier mais la vue générale de la Fonction publique va s’y appliquer à savoir la numérisation et la perte de personnel … Nous aurons plus de juges mais moins de dossiers prêts à être présentés.

Le texte prévoit d’amplifier la présence d’intérimaires, de rosetta et de plus de privatisation des missions de services publics.

Rien sur le retrait du service minimum dans les établissements pénitentiaires …

Pour la Défense, rien n’est mis en place pour remplacer les 40% du personnel qui vont partir à la retraite d’ici la fin de la législature alors que la déclaration de politique fédérale s’engage à respecter ses engagements envers l’OTAN.

Le chapitre Pension quant à lui montre que les fonctionnaires vont être privés de leur salaire différé. Nous serons très attentifs à ce dossier de rupture.

Jamais une déclaration de politique fédérale n’a été aussi opposée à sa Fonction publique.

Nous sommes à un tournant historique, alors que la société régresse philosophiquement, économiquement et revoit surgir certains démons du passé. Cette déclaration de politique générale casse l’outil qui avait été mis en place pour contrer ces démons.

Cette déclaration de politique fédérale est une vexation voire un uppercut envers tous les fonctionnaires qui viennent de se battre pour que notre société garde la tête hors de l’eau dans cette période Covid.


L’IRW CGSP inscrit son action syndicale dans la double volonté d’œuvrer quotidiennement tant à l’amélioration directe des conditions de vie des travailleurs, avec ou sans emploi, qu’à la réalisation de son projet de transformation sociale.

Le syndicalisme est un outil essentiel pour assurer l’émancipation sociale de l’ensemble de la population et plus particulièrement des travailleurs. Pour ce faire, l’organisation syndicale se doit de former ses affiliés et d’informer l’ensemble des travailleurs. Le syndicalisme doit être un outil d’analyse, de revendications et de combat.

Pièces jointes

Document PDF

Commentaires (0)

Ajouter un commentaire

Commentaire

By submitting the comment you agree that your personal data will be processed according to Mynewsdesk's Privacy Policy.