Suivre IRW CGSP

Jan Jambon candidat Premier Ministre ? Comment le « bon dirigeant » a mené le département de l’Intérieur à sa perte

Communiqué de presse   •   mai 16, 2019 11:30 CEST

L’ancien ministre de l’Intérieur, Jan Jambon, a récemment déclaré qu’il était candidat au poste de Premier Ministre. La CGSP a néanmoins une longue expérience avec le ministre Jambon et ne l’imagine pas à la tête de notre pays.

  • Protection civile
  • Depuis le 1er janvier 2019, quatre casernes sont fermées : Jabbeke, Liedekerke, Libramont et Ghlin. Seules deux casernes sont toujours maintenues : Brasschaat (comme par hasard ville de résidence de l’ancien ministre) et Crisnée.

    Alors que Jambon parle d’une réforme positive, il est en fait uniquement question d’économies dans un service d’aide essentiel à la population en cas d’urgence. Pour la protection civile, pouvoir apporter rapidement son soutien en cas de catastrophe relève désormais de l’exploit. Si vous habitez par exemple à Tournai, vous pouvez multiplier par dix les temps de trajet, sans compter les embouteillages (Ghlin-Tournai versus Crisnée-Tournai). Et ça, c’est sans parler des pénuries du personnel en hausse !

  • Les centrales d’urgence 100, 101 et 112
  • La pénurie de personnel sur le terrain dans les centrales d’urgence est passée de 20 à 40 % sous la politique de l’ancien ministre Jambon. Pour le citoyen, cela implique qu’il ne peut pas joindre la centrale d’urgence, ou alors après un délai d’attente très frustrant. Les secouristes restants manquent de main d’oeuvre. Ils sont contraints à enchaîner les shifts, parfois pendant plusieurs semaines, sans pouvoir bénéficier du temps de repos légal.
  • La farce des transmigrants
  • Afin de résoudre la crise des transmigrants, le ministre Jambon (et l’ancien secrétaire d’État NVA, Francken) avait proposé d’enfermer les gens quelques heures ou quelques jours dans un commissariat de police du centre fermé 127BIS de Steenokkerzeel. L’inspection du travail avait jugé qu’il ne s’agissait pas d’un lieu de travail adapté et qu’il était tout à fait scandaleux d’y enfermer des gens. C’est pourtant ce qui a été fait.

    Soit dit en passant, n’est-ce pas un exemple de bonne gouvernance qu’un même parti fournisse à la fois le ministre de l’Intérieur et le secrétaire d’État à l’Asile et à la Migration (étant donné que ce dernier dépend politiquement du premier) ?

    De la poudre aux yeux

    La politique de Jambon n’avait ni queue, ni tête. Outre les exemples précités, la réforme qu’il a menée au sein de la police était loin d’être brillante. Rarement ou jamais a-t-il tenu compte de la perspective au long terme. Le point fort de Jambon : de belles paroles et de la poudre aux yeux pour les citoyens. Les citoyens méritent tout de même de meilleurs responsables politiques que Jan Jambon – surtout pour le mandat de Premier ministre.

    Tony SIX,

    Secrétaire fédéral AMiO

    ● Personne de contact ➔ Joëlle BROUILLARD CGSP-AMiO // GSM : 0472/68.81.70


    L’IRW CGSP inscrit son action syndicale dans la double volonté d’œuvrer quotidiennement tant à l’amélioration directe des conditions de vie des travailleurs, avec ou sans emploi, qu’à la réalisation de son projet de transformation sociale.

    Le syndicalisme est un outil essentiel pour assurer l’émancipation sociale de l’ensemble de la population et plus particulièrement des travailleurs. Pour ce faire, l’organisation syndicale se doit de former ses affiliés et d’informer l’ensemble des travailleurs. Le syndicalisme doit être un outil d’analyse, de revendications et de combat.

    Commentaires (0)

    Ajouter un commentaire

    Commentaire

    By submitting the comment you agree that your personal data will be processed according to Mynewsdesk's Privacy Policy.