Suivre IRW CGSP

CGSP AMIO : Agence wallonne du Patrimoine : Actions des agents du Patrimoine

Communiqué de presse   •   sep 04, 2019 11:14 CEST

Communiqué de presse du 4 septembre 2019

Agence wallonne du Patrimoine : Actions des agents du Patrimoine

Échec humain et opérationnel de la fusion au sein de l’Agence wallonne du

Patrimoine, entre l’Institut du Patrimoine wallon et le Département du Patrimoine.

Détresse du personnel et inefficacité de la nouvelle structure. Mise en péril de la protection du Patrimoine en Wallonie par manque récurrent de personnel et de moyens.

Devant l’accumulation des doléances des agents et les interpellations des syndicats, le mutisme et l'agnosie de la Direction et du Ministère, les affiliés de la CGSP ont voté le principe d’un préavis d’actions qui a été déposé sur le bureau du Ministre-Président du Gouvernement wallon le 4 juillet. Leurs collègues de la CSC Services publics les ont rejoints le 13 août par le vote d’un préavis de grève. Ces deux préavis couvrent les actions des agents de l’AWaP, affiliés ou non à un syndicat, jusqu’au 31 décembre 2019.

Le 1er janvier 2018 est née l’Agence wallonne du Patrimoine (AWaP), issue de la fusion du Département du Patrimoine du Service public de Wallonie (SPW) et de l’Institut du Patrimoine Wallon (IPW).

Le gouvernement wallon affichait alors l’ambition de créer, au bénéfice des personnels fusionnés et de l’ensemble des citoyens, une institution efficace et pleinement opérationnelle, regroupant dorénavant l’ensemble des métiers, des talents et des compétences qui œuvrent à la protection et à la mise en valeur du Patrimoine en Wallonie.

Ce n’était hélas que des mots ! La fusion des différents services a été menée dans un laps de temps bien trop court, réduisant au minimum la préparation des agents ainsi que le processus de la répartition des missions dans le nouveau cadre de travail.

La structure de l’AWAP, telle que constituée, n’a fait l’objet d’aucune définition préalable du fonctionnement des différents services ni des synergies entre eux, d’aucune évaluation préalable des besoins humains, matériels et financiers pour permettre à l’agence de fonctionner. L’agence a dû fonctionner de nombreux mois avec du personnel d’encadrement en nombre réduit, rendant très compliquée la collaboration entre les directions.

Les Services dans leur ensemble sont désormais paralysés, fragilisés par l’absence de vision stratégique liée au patrimoine, par le manque récurrent de personnel et de moyens, par l’absence de définition des processus, ... Ils sont condamnés, bien malgré eux, à l’inefficacité par l’absence de coordination entre les nouvelles Directions de l’Agence.

Il en résulte, dès 2018, une détresse effarante chez un nombre croissant d’agents ainsi que la multiplication des cas de burn-out, ce qui a poussé les organisations syndicales à solliciter une enquête psycho-sociale en Comité de concertation de base. Les résultats de cette enquête qui reflète la réalité de la situation ont été présentés aux organisations syndicales durant l’été.

Aujourd’hui, les résultats de cette enquête à peine découverts par l’Autorité, voilà que l’entrée en vigueur du nouveau Code du Patrimoine, le 1er juin 2019, vient augmenter de façon spectaculaire les missions de l’Agence et donc aggraver la charge de travail de chacun.

C’est pour toutes ces raisons qu'à la demande des agents, les organisations syndicales, CGSP et CSC Services publics, ont décidé de déposer des préavis de grève et d’actions qui courent jusqu’au 31 décembre 2019.

Les membres de l’Agence wallonne du Patrimoine entendent, au moyen du cahier de revendications et de diverses actions, faire connaître leur détresse aux responsables politiques et les mettre face à leurs responsabilités... Ils réclament de pouvoir travailler au sein d’une structure enfin opérationnelle, ce qui implique aussi la mise à disposition de tous les moyens nécessaires pour rendre possible cette efficacité dans le cadre des textes légaux votés par les responsables politiques. Ils ne peuvent accepter plus longtemps d’être contraints et forcés à abandonner les nombreuses missions indispensables à la sauvegarde, à la protection et à la mise en valeur du Patrimoine de la Wallonie, au bénéfice de tous les citoyens.

Les membres de l'Agence wallonne du Patrimoine entendent également alerter l'opinion publique sur les conséquences concrètes que la situation actuelle engendre sur le Patrimoine, bien commun menacé.

Le personnel, l’outil, les missions et in-fine le Patrimoine sont en péril !

Contacts :

CGSP-AMIO : Stéphane Jaumonet – stephane.jaumonet@cgsp.be – 0478/27 56 68

CSC-Services Publics : Pierre Debroux - pierre.debroux@acv-csc.be – 0478/33 05 46


L’IRW CGSP inscrit son action syndicale dans la double volonté d’œuvrer quotidiennement tant à l’amélioration directe des conditions de vie des travailleurs, avec ou sans emploi, qu’à la réalisation de son projet de transformation sociale.

Le syndicalisme est un outil essentiel pour assurer l’émancipation sociale de l’ensemble de la population et plus particulièrement des travailleurs. Pour ce faire, l’organisation syndicale se doit de former ses affiliés et d’informer l’ensemble des travailleurs. Le syndicalisme doit être un outil d’analyse, de revendications et de combat.

Commentaires (0)

Ajouter un commentaire

Commentaire

By submitting the comment you agree that your personal data will be processed according to Mynewsdesk's Privacy Policy.